Luttes 87

Ici vous trouverez des informations sur l'actualité, sur les manifestations, les AGs, les mouvements lycéens/Etudiants de Limoges et de France.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [12/04]Repressions, repressions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gran'Mat

avatar

Masculin Nombre de messages : 335
Localisation : La ville rouge.
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: [12/04]Repressions, repressions   Sam 12 Avr - 12:53:01

Citation :
Au lycée Louis Armand (15e): l'élève qui est le plus en pointe depuis
le début du mouvement s'est fait coincer par la police. Suite à un
blocage et un débrayage du lycée Camille Say, il s'est fait interpeller
par la police. Elle l'a gardé de 9h à 16h en garde à vue aujourd'hui,
le menaçant de le faire passer en comparution immédiate s'il n'avouait
pas des faits qu'il n'a pas commis. En effet, lors du débrayage de
Camille Say, une vitre a été cassée...or le maire du 15e (Philippe
Goujou) qui tourne depuis le début des blocages aux alentours du lycée
Armand a pris une photo de ce lycéen portant une barrière (pour
organiser le blocage)...la police s'est servi de la photo pour
l'intimider...et lui dire que s'il signait des aveux, il n'aurait à
payer que 20 euros d'amende lors d'1 procès...sinon c'était la
comparution immédiate...
Il y a-t-il des enseignants de L. Armand
sur la liste? Les syndicats qui sont sur la liste peuvent-ils contacter
les éventuels syndiqués qui sont sur le bahut?

J. Renoir
(Bondy): Je viens d'apprendre à l'instant que le proviseur a exclu
aujourd'hui un élève, qui a participé au blocage, pendant une semaine
et qu'il a annoncé à d'autres qu'il les passerait en conseil de
discipline à la rentrée...On se charge de cela dès lundi matin.









Citation :
Proces Mathilde (Tours)
Ce Mercredi 9 Avril,
avant même que le procès de Mathilde commence, la présidente du
Tribunal correctionnel de Tours et le procureur avaient sonné la messe.

DU GOUDRON ET DES PLUMES POUR LA JUSTICE !
Ce
Mercredi 9 Avril, avant même que le procès de Mathilde commence, la
présidente du Tribunal correctionnel de Tours et le procureur avaient
sonné la messe. Sous leurs ordres, l'important déploiement des forces
de police s'assurait ainsi que seule une douzaine des personnes venues
en soutien pourrait entrer dans la salle. Comme quoi, la police ne
protège pas les lois. Elle ne fait qu'obéir aux ordres, même quand
ceux-ci sont contraires aux lois du pays. En effet, les audiences comme
celle-ci sont publiques et il n'appartient à aucune autorité de limiter
l'accès du public, dans la ''limite des places disponibles'' comme on
dit pour les émissions de télévisions. Au final, tout le monde a pu
rentrer après l'intervention de l'avocate de Mathilde et du bâtonnier
de l'ordre des avocats. Pour autant, cela montre à quel point la
Justice n'en a que faire des lois, de ses lois, et qu'elle avait, par
ce principe, déjà jugé Mathilde coupable. Dans la salle, à charge
contre Mathilde : la juge, le procureur et l'avocat des Poulardins.
Face à cet armadas crapuleux, Mathilde elle-même, Maître Lison-Croze et
les nombreuses personnes venues en soutien ont dénoncé le mensonge
policier, la dérive vers un État totalitaire et la criminalisation des
actrices et des acteurs des mouvements sociaux. En demandant au juge
une condamnation à 1 mois de prison avec sursis, le procureur, se
basant sur de fausses accusations, entend bien faire payer à Mathilde
son militantisme quotidien. Quand à l'avocat de la flicaille, cette
grosse crapule sexiste (Mathilde est « une vierge effarouchée »),
couvre de toute sa puanteur les exactions de la Police en demandant
1000 euros de dommage. Ces 1000 euros représentent clairement une prime
pour la Flic de la BAC qui a giflé Mathilde et l'a traité de salope
avant de l'étrangler lors de son arrestation. Durant toute l'audience,
le nom de BUREAU Antoine est revenu plusieurs fois. Mathilde et Antoine
ont été arrêtés en même temps par des policiers déguisés en civils. Lui
était recherché. Lors de son interpellation, Mathilde a manifester à la
voie publique l'arrestation et la violence des policiers de la BAC.
Pour cela, ils l'ont violemment arrêtée à son tour, mise en garde-à-vue
puis poursuivie en justice. Alors que l'avocat des flics pensait
qu'Antoine serait jugé ce même jour puisque ses conclusions écrites
demandaient également sa condamnation, le procureur a répété plusieurs
fois que le dossier n'était pas clos. Le festival qu'a connu Antoine en
40 heures de garde-à-vue au commissariat de Tours l'an passé ;
intervention de la police scientifique, interrogatoires à n'en plus
finir, pressions psychologiques ; n'a pas aboutit à des poursuites
judiciaires. Pourtant, ce mercredi, la voix de la république bananière
lui a bien notifié qu'il pouvait encore encourir un procès pour cette
affaire. Il apparaît que la justice n'a pas besoin de preuve pour
traîner les gens à la barre et pour les condamner, alors restons
vigilantes et vigilants.
Continuons la mobilisation pour la relaxe
de Mathilde et l'enterrement du dossier concernant Antoine. Toutes les
poursuites judiciaires contre les militantes et les militants doivent
cesser. Soyons nombreuses et nombreux le 29 Mai 2008 pour le verdict de
Mathilde. Ce même jour, un autre procès doit se tenir contre d'autres
militants politiques. D'ici là, le 22 Avril, les juges remettent ça
contre des militants anti-LRU. Le 25 Avril, Romain comparaît de nouveau
pour son engagement politique des dernières années.
Stop à l'acharnement judiciaire !
Les Amis de l'égalité









Citation :
URGENT - CAMARADES LYCEENS EN COMPARUTIONS IMMEDIATES


Vendredi 11 avril 2008 :
100
à 200 lycéens montreuillois, principalement du lycée Jean Jaurès, se
sont rendus au rectorat de créteil cette après-midi afin d'exprimer
leur refus des suppressions de postes qui touchent une grosse partie
des établissement du pays et, biensur, plus particulièrement, ceux
d'IDF, et rebiensur, plus particulièrement, ceux du 93. L'objectif
était l'occupation du rectorat mais voyant arriver le cortège, les
grilles du rectorat se sont abbatues devant eux. La façade du rectorat
a essuyé quelques jets d'oeufs, tomates pourries et pétards,
déclenchant une vive hostilité de la flicaille présente. 5 copains ont
donc été arrêtés immédiatement, 2 ont été relachés depuis et 3 ont été
transférés pour comparution immédiate.
Samedi 12 avril 2008 :
Les
comparutions immédiates des trois camarades encore retenus se
dérouleront ce jour à 13h au TGI de Créteil. Ces trois jeunes, du lycée
Jean Jaurès, ont déjà reçu le soutient de plusieurs de leurs camarades
et un rassemblement de soutient est prévu devant le TGI demain, donc, à
13h.
L'ensemble des lycéens, parents d'élèves et professeurs qui
refusent la repression d'Etat à l'encontre des mouvements sociaux en
général et dans ce cas, du mouvement lycéen, sont appelés à se rendre à
se rassemblement de soutient à nos trois camarades.
Il est par
ailleurs important de préciser que, d'après les dernières informations,
les lycéens inculpés auraient été victimes de violences policières lors
de leurs arrestations ainsi que lors de leur transfert et plusieurs de
leurs "droits" n'auraient pas été réspéctés lors de l'arrestation et de
la GAV !
Il est capital que nous soyons nombreux, à ce
rassemblement de soutient, à dénoncer haut et fort la repression et le
fascisme d'Etat, les agissements d'une police aux pleins pouvoirs ainsi
que la surdité et l'aveuglement sans fins des dictat... (pardon)
dirigeants de se pays !
CONTRE LA REPRESSION : SOLIDARITE !
13H - TGI DE CRETEIL,
RUE PASTEUR VALERY RADOT - 94000 CRETEIL, Tél. 01 49 81 16 00









Citation :
Procès des militantEs accuséEs de solidarité avec les sans-papiers.

« Noël au centre de rétention, pâques en prison ! »
Procès des militantEs accuséEs de solidarité avec les sans-papiers :
RDV :
Deux Rendez vous
1/e
le 15 avril au tribunal de Créteil,militantEs accuséEs d'avoir tager
"fermeture des centres de rétention". sur les murs de la gare RER de
Joinville près du CRA de Vincennes
2/e 18 avril au TGI de Bobigny
: 4 passagers pour « entrave à la circulation aérienne », ils ont osé
résister à l'expulsion sur le vol de Royal Air Maroc où ont été placés
des Maliens raflés au foyer pour travailleurs étrangers de la
Terre-aux-curés, Paris 13ème.
Solidarité !

_________________
Dieu pardonne, pas l'prolétariat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[12/04]Repressions, repressions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Luttes 87  :: National-
Sauter vers: